xxxx
XX

 
XX

FFFF
 

ANATOMIE DU FELIN : suite 1 :



 

 

 

Les membres :

 

Le squelette des félins est caractérisé par une clavicule "flottante", reliée au sternum par un unique ligament, ce qui confère aux félidés une grande souplesse des pattes antérieures :

  

Les félins peuvent par exemple déplacer leurs épaules en alternance, ce qui n'est pas le cas pour tous les carnivores.

 

Les membres antérieurs sont par ailleurs très souples (sauf pour le guépard qui a toutefois une plus grande souplesse de l'échine), ce qui permet d'avoir une grande précision.

  

On peut aussi noter que les félins peuvent écarter latéralement les pattes avant ce qui permet d'attraper les proies ou de monter aux arbres.

  

Les membres postérieurs sont, eux plus longs que les membres antérieurs, permettant aux félins de capturer des proies plus grandes qu'eux et augmentant leurs capacitées d'accélérations.

 

Les membres allongés des félins augmentent leur rapidité et favorisent leurs capacités à la course.

 


 

Les pattes :

 

Les félins sont digitigrades, ils marchent sur leurs doigts.

 

Ils en ont cinq aux pattes antérieures et quatre aux pattes postérieures, le cinquième doigt des pattes arrières ne touchant pas le sol et celui des pattes avant ayant disparu au cours de l'évolution.

 

 

 Patte de puma


 

La plante de leurs pieds est recouverte d'une sorte de semelle, permettant d'accroître leur souplesse et d'être silencieux en marchant.

 

Les coussinets de ceux qui vivent et se déplaçent sur le sol brûlant des déserts est recouvert de poils.


La petitesse des pattes et leur résistance améliorent elles aussi leur courses.

  
 

 

Les griffes :

 

Mécanismes biologiques en jeu lors de la sortie des griffes.
En blanc : les tendons
En rose et en jaune orangé : les os

 
 

Les félins, en-dehors du guépard, du chat viverrin et du chat à tête plate, ont les griffes rétractiles.

  

Ce dernier point n'est pas caractéristiques des félins, puisque d'autres carnivores en possèdent.

 

Les griffes sont un élément important du sens du toucher.

  

La sortie des griffes dépend de la contraction volontaire des muscles fléchisseurs des doigts.

 

Au repos, de nombreux tendons gardent les griffes à l'intérieur de la gaine protectrice et permettent aux félins de faire « patte douce ».









Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement